FR
Choose your language
 
Suivez nous sur
Culture

La Perle de Tahiti

La perle de culture de Tahiti a toutes les couleurs, les grâces, les formes et les nuances des plus rares, irremplaçables et incomparables "poe rava" "Perle rare" comme on l'appelle dans son pays natal, la Polynésie Française.

Perle de Culture de Tahiti
© Raymond SAHUQUET

La Perle de culture Tahiti provient des sécrétions de nacre d'une espèce bien particulière d'huître, Pinctada margaritifera, qui se complaît dans les eaux chaudes polynésiennes.

Depuis quarante ans, les îles, et plus particulièrement celles des Tuamotu-Gambier, vivent au rythme des récoltes de la célèbre gemme, cultivée au cœur des lagons.              

 

Une activité qui réclame un travail de longue haleine : après quatre années d'entretien et de soins minutieux, les huîtres élevées ne produisent que quelques perles commercialisables, et les perles rondes et sans défaut restent très rares.

Car si la taille et l'éclat de la Perle de culture Tahiti composent une part de sa personnalité, c'est l'incroyable variété de ses nuances qui en font un bijou à nul autre pareil.

Bien qu’elle soit souvent appelée «perle noire», elle se décline en une palette allant du gris très clair à l'anthracite soutenu, en passant par des teintes beaucoup plus originales, comme l'ivoire, le rose pâle, l'or profond, le rose aubergine, le bleu lagon, l'aile de mouche..

Ces mille et une couleurs sont le fruit d'une formidable alchimie naturelle, influencée par la couleur de l'huître, la température et la salinité de l'eau, la profondeur, la teneur en plancton et en sels minéraux des lagons...

Tahiti Tourisme a mis un point d'honneur de vous expliquer en détail l'Histoire avec un grand H d'une des plus grandes et rares richesses de la Polynésie française. De sa genèse à sa culture en passant par tous les critères qualité vous saurez TOUT sur la Perle de Culture de Tahiti, vous trouverez aussi en bas de page des réponses à "Comment choisir sa perle de culture à Tahiti?"

L'origine, leur berceau... écrin naturel

Ferme Perlière
© T. Zysma

Une des légendes les plus romantiques raconte également que la lune inonde l'océan de ses rayons pour attirer les huitres à la surface et ainsi les imprégner d'une rosée bénie des dieux. Les perles naissent de cette union. Selon les influences célestes, les défauts viendraient du tonnerre et la perfection, de la venue au monde au moment propice.

La légende Polynésienne raconte que : Notre nacre se nomme Te Ufi. Elle est la fille de Okana (l'esprit du corail) et de Varo (l'esprit du sable). Elle est parée de la robe étincelante de chaque poisson de son domaine.

 

Elle était tellement belle que Oro (dieu de la paix et de la fertilité) descendit sur terre chevauchant un arc-en-ciel et lui donna la perle pour l'offrir aux humains. La robe de Te Ufi et l'arc-en-ciel de Oro donnèrent l'irisation de nos perles.

 

Ferme Perlière

© Gregoire LE BACON


La perle de culture de Tahiti est produite à 99 % dans les archipels des Tuamotu – Gambier et précisément 27 îles et atolls ont le privilège de donner naissance à cette gemme océanique.

Les lagons de l'archipel des Tuamotu et les Gambier contiennent la plupart des fermes perlières qui
cultivent des perles de culture de Tahiti. Les îles sont très isolées et accessibles uniquement en hydravion ou par bateau. Chaque ferme est autosuffisante, avec l'énergie solaire, des jardins potagers et des élevages de volailles. L'eau autour de ces îles est très propre, et cela contribue au processus de mise en culture.

La genèse de la perle de culture de Tahiti

La perle de culture de Tahiti
© TAHAA

A l'origine, les huîtres perlières se fixaient naturellement au corail et prospéraient dans le lagon renouvelé par les marées.

Un grain de sable pouvait se glisser dans la coquille et provoquait des changements ; l'huitre l'enveloppait alors de couches successives de nacre ou d'aragonite. De cette visite impromptue naissait une perle fine.

Mais le phénomène était rare, trop rare...... Il est nécessaire d’ouvrir 10 à 15 000 huîtres pour y trouver une Perle naturelle.

Dans les années 60 en Polynésie française, des hommes mirent au point la technique de la greffe alors employée au Japon. Ils insèrent dans la poche perlière de la nacre Pinctada Margaritifera non un grain de sable mais un nucleus, bille d'un bivalve d'eau douce, et un greffon, petit morceau du manteau d'une jeune nacre. Quelques mois plus tard, l'alchimie avait accompli son oeuvre et au coeur de l'huitre, une perle de culture était née.

 

La nacre, son éclat naturel

La nacre
© TAHAA


Celles qui donnent vie aux perle de culture de Tahiti sont particulièrement grandes et peuvent atteindre 30 cm de diamètre.

Le mot nacre est d’origine perse « Nakar » qui signifie « ornement chatoyant ».

Les perles se trouvent dans un mollusque bivalve du nom de l'huître à lèvres noires "Pinctada Margaritifera" qui est native de la Polynésie française.

 Lors de sa visite en 1830 Hugh Cuming, Scientifique anglais, découvre cette variété endémique à la Polynésie et lui donne son nom. Ainsi l’appellation complète de l’huître perlière Polynésienne est : « Pinctada Margaritifera de variété Cumingii ».

 

La Pinctada Margaritifera mesure entre 25 et 35 cm et peut peser jusqu'à 5 kg. Cette huitre aux lèvres noires produit les très célèbres perles noires de Tahiti. Même lorsqu'elles ne contiennent pas de perles leur nacre polie et lustrée lui confère une grande valeur et on la pêche depuis des siècles pour ses couleurs, son lustre magnifique ainsi que sa grande taille. 

 

L'intervention et l'histoire de l'homme et de la perle de culture

L'homme et la Perle
© Gilles DIRAIMONDO

Les jeunes nacres sont collectées dans certains atolls de Polynésie, sous la surface de l'eau, le long des collecteurs où viennent se fixer les larves. A l'âge adulte, les nacres sont ensuite greffées. C'est dans des fermes perlières (= fare greffe), dans de simples maisonnettes que le greffeur récolte ce qu'il a semé plusieurs mois ou années auparavant.

 

La greffe perlière consiste à introduire un nucléus et un greffon à l’intérieur de la gonade (glande sexuelle) d’une huître. Le nucléus est une bille de nacre fabriquée à partir de la coquille de bivalves d’eau douce (Pleurobema cordatum ou Fusconaia ebenus). Le greffon est un morceau du manteau interne d’une huître saine. 

 

Déroulement de l'opération, un travail long et minutieux

 

La préparation

 

Les huîtres arrivées à maturité (2 à 3 ans d’âge et minimum 12 cm) sont sorties de la station d’élevage, détachées de leurs chapelets et stockées sur des barges, près du local de greffe à proximité de l’élevage ou sur le littoral. A noter que les fermes sur pilotis comme sur la photographie ci-dessous, permettent d'optimiser les déplacements des huîtres.

Juste avant la greffe, les huîtres sont nettoyées pour être débarrassées des parasites qui entourent la coquille. Un technicien ou le greffeur se charge d’entrouvrir l’huître à l’aide d’un dilatateur et y dispose une cale afin qu'il puisse intervenir rapidement. Cet écartement ne doit pas dépasser 1,5 cm au risque de déchirer le muscle adducteur.

 

la Culture de La Perle de Tahiti

 © Gregoire LE BACON

L'intervention

 

Le Greffeur
© R SAHUQUET


Le greffeur sélectionne à partir d'un échantillon d'huîtres saines, celle dont il découpera les cellules épithéliales du manteau qui viendront produire la nacre des perles. De petits segments, appelés greffons, sont découpés en vue d'être placés dans les huîtres porteuses.

Le greffeur commence par inciser la gonade (organe sexuel de l'huître) pour créer une cavité qui accueille le nucléus et le greffon placé face interne contre pour qu'il y ait sécrétion.

L’huître refermée est déposée dans un bac, charnière vers le haut pour éviter que le nucléus glisse sous l’effet de son poids vers l’incision et se déloge. L’opération dure 2 minutes ; Les huîtres greffées sont disposées dans des pochettes individuelles de rétention afin de relever les éventuels rejets (le nucléus se retrouve prisonnier dans le sac s’il est expulsé par la nacre).

Blottie dans les bras de sa nacre, une fois la nacre passée à l'âge adulte elle a mis 18 mois pour venir au monde. La naissance quand à elle ne dure que quelques secondes "poe rava" est extraite de son sac perlier sans resistance.

Si la perle récoltée présente de belles caractéristiques, le greffeur réinsèrera immédiatement un nucleus de même taille que la perle récoltée puis attendra de nouveau 18 à 24 mois pour récolter une perle plus grosse.

Un nombre limité de perliculteurs procèdent jusqu’à 4 greffes et obtiennent des perles de plus de 15 mm. Ainsi, une perle de 18 mm aura nécessité 2,5 ans 3 ans pour obtenir une nacre de taille suffisante pour la greffe, puis 4 X 18 – 24 mois pour produire les perles de surgreffe et obtenir une perle de 18 mm, soit au total entre 9 et 11 ans pour les perles de plus de 15 mm .

En effet, il n’est pas possible de greffer un nucleus de grosse taille lors d’une première greffe, la poche perlière étant trop petite.  

L'homme peut alors l'observer, la juger, la mesurer puis la classer en fonction de son diamètre, sa couleur, sa forme son orient et sa brillance.

 

Le Greffeur  © Gregoire LE BACON

 C'est le début d'une nouvelle vie c'elle du mariage réussi entre l'homme et la nature !

Ferme Perlière

Une perle, des formes et des couleurs

Il y a à peine un peu plus de 30 ans que les perles noires de Tahiti sont sur le marché des bijoux, la perle de culture de Tahiti a pris ses marques. Ces grandes gemmes multicolores sont prisées pour leurs dimensions et leurs couleurs exotiques naturellement sombres. Ces joyaux sont appelés "Perles de Tahiti". Le nom a provoqué quelques idées fausses sur les perles.

Les perles de culture de Tahiti sont souvent de grande valeur sur le marché des perles. Elles sont plus grandes que la plupart des perles, sont constituées des couleurs inhabituelles et leur culture prend plus de temps. Leur Valeur est également liée à la demande - il ya moins de perles de Tahiti produites que de perles d'Akoya. (perles de culture japonaises)

Les Perles de culture de Tahiti

 

  •  la perle ronde est une sphère parfaite ou assimilée, c’est-à-dire qu’elle accepte une variation de son diamètre inférieure à 2 % du plus petit diamètre ; 
  •  la perle semi-ronde (SR) est une sphère acceptant une variation de son diamètre comprise entre 2 % et 5 % du plus petit diamètre ; 
  • la perle goutte ou poire (DR), ovale (OV), présentant au moins un axe de symétrie ; 
  • la perle bouton (BT), présentant au moins un axe de symétrie ; 
  • la perle semi baroque au sens strict (SB) présentant au moins un axe de révolution ; 
  • la perle baroque (BQ) est en général irrégulière et ne rentre pas dans les catégories précitées ; et une catégorie dérivée : 
  • la perle cerclée (CL) est caractérisée par au moins un cercle concentrique, sous forme de bourrelet ou de sillon, situé au-delà du tiers supérieur ou inférieur de la surface de la perle, quelle que soit sa forme d'origine. Lorsque le ou les cercles sont situés sur le tiers supérieur ou inférieur de la perle, celle-ci réintègre sa forme d'origine sans tenir compte du ou des cercles. Il en est de même dans le cas de deux cercles diamétralement opposés n'occupant pas au total plus d'un tiers de la surface de la perle.

(informations selon la délibération 2005-42)

perles forme

 

La couleur des perles de culture de Tahiti est le plus fort vecteur de sa valeur. Le commerce de Tahiti reconnaît généralement trois groupes de couleur :

Aubergine -  violet foncé grisâtre avec différentes variantes  

Paon ou peacock -  vert foncé, gris-gris à bleu violet avec des accents ou rosé avec des variantes

Vert jaunâtre à jaune verdâtre avec des variantes

 

 Nuancier Perles

Chaque huître à lèvres noires fabrique une perle de couleur différente. Ce sont les composés organiques dans la coquille qui créent les variations des couleurs.

De nombreux fermiers diront que le manteau utilisé par la greffe d'une huître dans le processus de la culture détermine la couleur dans environ 80 pour cent du temps.

La qualité de la nacre de la perle peut aussi affecter sa couleur.

D'autres fermiers attribuent les facteurs environnementaux pour déterminer la couleur de la perle comme la quantité de sel dans l'eau ou à la qualité et la quantité de nourriture disponible pour les huîtres ainsi que le biotop des eaux dans lesquelles le mollusque est élevé. Les Perles de culture Tahiti ont un superbe lustre.  Leur lustre varie le plus souvent entre "assez bon" à "excellent".  On y trouve l'éclat des reflets métalliques surtout sur les perles baroques.

 

Une qualité irréprochable

QUALITE DE SURFACE DE LA pERLE


La plupart des perles de culture de Tahiti ont quelques taches ou marques, mais on peut en trouver sans marque ou fortement marqué.  Elles ont au moins une marque, masquée par le trou de perçage au moment du montage en bijou.

Toutes les perles sont des gemmes par contre il existe une qualité exceptionnelle dénommée « top gem », juste avant la qualité A.

Une perle de culture de Tahiti ne peut être appelée "Top Gem" que si elle est sans défaut avant le perçage. Une perle percée et montée en bijou ne pourra prouver sa qualité de "Top Gem" et on ne peut donc la décrire comme telle.

Pour les perles de culture Tahiti, le gouvernement de la Polynésie française a fait un règlement interdisant la vente à toutes les perles qui n'auraient pas une épaisseur minimale de nacre de 0,8 millimètres.  Toute les perles dont la nacre n'a pas cette épaisseur ne sont pas autorisées à être vendues. 

La codification de qualité de la surface de la perle de culture de Tahiti se définit par gradations.  

Les critères s’apprécient à l’œil nu selon la combinaison de deux caractères physiques : l’état de la surface et le lustre.  

a)    L’état de la surface s’évalue en fonction de l’importance de la surface lisse, sans imperfection. La surface de la perle peut aussi présenter diverses imperfections telles que : des piqûres, des rayures, des fissures, des creux, des bourrelets, des sillons, des bosses, des soufflures, des dépôts organiques, des dépôts de calcite ou des zones de dévitalisation ; 

b)   Le lustre ou éclat ou brillance correspond à la réflexion plus ou moins parfaite de la lumière sur la surface de la perle. Il dépend de la régularité, de l’épaisseur et de l’agencement des couches perlières.

 Un lustre excellent correspond à une réflexion totale de la lumière, donnant un effet miroir. Une perle sans lustre correspond à un aspect mat de sa surface.

  • Catégorie Parfaite - Perle sans imperfection. Excellent lustre ; 
  • Catégorie A - Perle présentant une surface sans imperfection sur au moins 90%. Sur les 10% restants, la perle peut présenter des imperfections légères concentrées avec une tolérance d’une imperfection profonde. Très bon lustre au minimum. 
  • Catégorie B - Perle présentant une surface sans imperfection sur au moins 70%. Sur les 30% restants, la perle peut présenter des imperfections légères concentrées avec une tolérance de deux imperfections profondes. Bon lustre au minimum.
  • Catégorie C - Perle présentant une surface sans imperfection sur au moins 40% et sur les 60% restants, la perle peut présenter des imperfections légères concentrées avec une tolérance de 10% d’imperfections profondes. Lustre moyen au minimum.  
  •  Catégorie D - Perle présentant des imperfections légères sur plus de 60% de sa surface, avec une tolérance d'au plus 20% d'imperfections profondes et/ou des piqûres blanches. Lustre faible au minimum. 

Collier de perles de Tahiti © Gregoire LE BACON

La Perle de culture de Tahiti, une perle unique

L'appairage est une opération nécessitant l’expérience de professionnels. En effet, par ses couleurs, formes et tailles différentes, il est difficile de trouver 2 perles de culture de Tahiti identiques. C’est pourquoi cette perle est reconnue mondialement pour son caractère unique.

Ainsi, choisir une perle est parfois un moment délicat, le conseil le plus sûre est de faire confiance à son intuition et son « coup de cœur » ou alors de suivre les recommandations d’un vendeur professionnel. Etant donné ses multiples caractéristiques, il est difficile de préconiser des consignes objectives pour le choix d’une perle. Dans tous les cas, il est vivement recommandé de réclamer un certificat d’authenticité pour chaque perle, indiquant l’origine Polynésienne de la perle, sa taille, sa forme et sa couleur.

Cependant il existe à Papeete , île de Tahiti, un « Centre d’Information de la Perle » dédié uniquement à la connaissance de cette gemme océanique et vous propose de participer à des initiations perlières qui vous permettront d’effectuer vos achats de perles de culture de Tahiti en toute confiance.

téléphone : (689) 87 79 36 14

Prendre soin de son éclat exceptionnel

La perle de culture de Tahiti est composée à 95 % de cristaux d’aragonite aussi ce cristal organique Nécessite un minimum d’attentions pour garder son éclat.

Il est recommandé de :

  • Garder ces perles dans un environnement humide
  • Ne pas les mettre en contact avec des produits chimiques. Il es possible de se parfumer, d’attendre un peu et ensuite porter son rang de perles ;
  • Une perle se porte régulièrement car elle se réhydrate au contact de la peau.
  • Il convient de l'essuyer régulièrement avec un tissu doux pour ôter les éventuels résidus de transpiration.
  • Il est possible d’utiliser un coton imbibé d'huile 100% naturelle pour la faire briller.

Une fédération Perlière de Polynésie Française pour sensibiliser et protéger la culture de cette richesse

Jeanne Lecourt, présidente du FPPF œuvre au côté de Marcelle Howard pour rassembler les acteurs et partenaires internationaux de la Perle  pour sensibiliser le gouvernement à protéger et mettre en avant cette richesse rare française.

Elle s’engage à valoriser cette gemme polynésienne au travers de différentes actions, à organiser des voyages d’étude (le premier a eu lieu avec un groupe de bijoutiers Danois en Octobre 2014) et assister les bijoutiers et leurs équipes de vente dans la commercialisation de cette perle. Elle intervient également auprès des entreprises internationales qui ne respecteraient pas l’image et la définition de la perle de culture de Tahiti. Enfin, elle informe ses adhérents de toutes les évolutions internationales et locales du secteur perlier.

Ses coordonnées : fppfpolynesie2014@gmail.com / Facebook : Fédération Perlière de Polynésie Française.

 

 

close